Quand Rome inventait le populisme

Publié aux éditions du Cerf, paru le 31 octobre 2019.

Il y a du Cicéron chez Emmanuel Macron, et du Clodius chez Donald Trump. Nous n’avons pas inventé le populisme : les Romains, à la fin de la République, connaissent une lutte à mort entre ce qu’ils appellent les populares et les optimates. Appel au peuple, goût des solutions radicales, recours à la figure de l’homme fort : ces tribuns en toges et en sandales ressemblent trait pour trait à ceux du XXIe siècle.

Dans cette époque, avec son sénat et sa plèbe, ses discours et ses émeutes, ses guerres et ses violences, tout est d’actualité. Y compris la question essentielle : le populisme est-il le bouclier des humbles contre une élite sourde à ses revendications, ou le futur glaive des tyrans contre la liberté ?

Le livre sur le site de l’éditeur.